Soixante-dix ans plus tard, le voyage du Mataroa plus actuel que jamais

Navire militaire affrété par l’Institut français d’Athènes en décembre 1945, le Mataroa a permis à plus d’une centaine de jeunes Grecs de quitter leur pays, en ruine et au seuil de la guerre civile, pour rejoindre Paris.

Soixante-dix ans plus tard, le voyage du Mataroa semble plus actuel que jamais. Dans une Grèce frappée par la crise économique que nous connaissons en ce début de XXIe siècle, l’émigration massive de milliers de diplômés et de scientifiques vers l’étranger pose de nouveau, inévitablement, la question de l’exil forcé de nombreux jeunes gens, privés d’avenir dans leur propre pays. L’expédition collective de 124 étudiants, artistes et ingénieurs vers la France en décembre 1945 s’inscrit en ce sens dans la longue histoire des migrations grecques et des relations particulièrement étroites que le pays entretient avec la France et participe, déjà à l’époque, de ce que l’on appelle aujourd’hui la « fuite des cerveaux ». À cette différence près que les passagers du Mataroa quittaient la Grèce, dans les années d’après-guerre, convaincus qu’ils allaient revenir assez vite. L’attente fut le plus souvent déçue, le voyage marquant dans certains cas le début d’un exil qui allait durer de longues années.

Soixante-dix ans plus tard, la nouvelle génération, donc, a su trouver dans le Mataroa une source d’inspiration, mais aussi un symbole, une allégorie dans laquelle elle se reconnaît : celle de l’exil, de la fuite forcée, tout un imaginaire exacerbé dans la conjoncture de la crise actuelle. Parallèlement, ce voyage légendaire incarne de manière lumineuse l’histoire de la migration d’une génération qui a su transformer l’exil en une source de liberté personnelle, d’inspiration et de création.

Pour tout savoir : https://u.efa.gr/mataroa

Également en ligne : Mataroa 1945 : du mythe à l’histoire


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search