Retrouvez l’article ” Drogues grecques ” paru dans le Magazine L’Histoire

https://www.lhistoire.fr/livres/drogues-grecques?fbclid=IwAR1_tP7j8HqE_7vXQpJG6yKLqDOfBUXFDUUfLocOjJdsdfhazELpn26wexA

Le mercredi 22 mars 2023 Gratuit

Poisons sociaux. Histoire des stupéfiants en Grèce (1875-1950), Konstantinos Gkotsinas, Athènes, École française d’Athènes, 2022, 383 p., 50 €.

Le projet de ce livre est inattendu ; sa réussite complète. A partir d’une étude de la production et de la consommation des drogues en Grèce, Poisons sociaux révèle une histoire inédite des Balkans de la fin du XIXe siècle au milieu du siècle suivant. Cette enquête passionnante s’appuie sur des sources très variées : articles de presse, archives policières, données judiciaires ou médicales, chansons populaires (rébétika). Aux représentations idéalisées des fumeurs de haschich s’oppose la réalité d’une politique de répression, qui s’accélère dans les années 1920. L’affirmation de l’État grec, confronté à l’afflux de réfugiés venus d’Asie Mineure, est inséparable d’un combat contre la « toxicomanie » – une question de santé présentée comme un problème nouveau et un danger imminent.

Il n’en a pas toujours été ainsi. En moins d’un siècle, la scène et les acteurs de la drogue ont beaucoup changé. Ce monde des stupéfiants s’est constitué tardivement. La culture du chanvre indien est introduite dans la région d’Argos, peu après 1870. Elle prospère dans le Péloponnèse jusqu’à la fin des années 1910. Elle concourt au développement, notamment dans les villes portuaires, d’un usage récréatif du cannabis, sous forme de cigarettes ou de séances de narguilé. Cette production, taxée par un pouvoir qui se montre tolérant, entre toutefois en concurrence avec celle des industriels du tabac. Ces derniers en effet, se montrent soucieux d’exporter en Égypte, un pays qui menace de ne plus leur acheter leurs marchandises, si l’importation de cannabis continue.

Longtemps épargnés par l’opium, les Grecs restent à l’écart des plaisirs « Fin de siècle ». Ils ont peu de goût pour les boissons à base de feuilles de coca, comme le vin Mariani, ou pour les inhalations d’éther. La situation se modifie au lendemain de la Première Guerre mondiale. Des substances nouvelles et plus puissantes, comme l’héroïne et la morphine, vont commencer à se diffuser. Le pouvoir ne reconnut que le rôle thérapeutique de ces alcaloïdes et, suivant les préceptes des grandes conférences internationales, mit en place un régime de prohibition. Un marché de contrebande s’ingénia à le contourner. Quant aux consommateurs prêts à se soigner, ils ne connurent que l’internement dans des structures psychiatriques. Les considérations morales, promptes à souligner les menaces que représentaient les drogues pour la santé de la nation grecque, l’emportèrent. On ne manqua pas de souligner l’ambivalence des femmes dans ces trafics : elles en étaient soit les victimes, soit les propagatrices.



Citer ce billet
leclercq (2023, 21 mai). Retrouvez l’article ” Drogues grecques ” paru dans le Magazine L’Histoire. Eastern Mediterranean Connection. Consulté le 23 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/nzhe

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search