Famagusta, vol. II : History and Society

Famagusta Vol. II, History and Society, Brepols, Mediterranean Nexus, 8, 2021

Comme aux siècles passés, nul n’échappe aujourd’hui à l’incroyable charme suscité par une déambulation dans les rues du centre historique de Famagouste. Très vite, émerge une question : quel étrange concours de circonstances a pu susciter la formation d’un paysage urbain aussi stupéfiant ? En Méditerranée orientale, peu de cités conservent une vaste enceinte défensive, une dizaine d’églises gothiques, des ruines distribuées au milieu de palmiers, de terrains vagues et d’espaces ouverts à l’imagination. Paradoxalement, la conquête ottomane a préservé les monuments de l’époque médiévale en reléguant les habitants chrétiens hors des murs ; en conséquence, les quartiers anciens ne se trouvent pas submergés par ces constructions chaotiques si caractéristiques de l’urbanisme proche-oriental.

La singularité de Famagouste frappe à l’échelle insulaire en premier lieu. L’histoire urbaine de Chypre installe Nicosie au rang de capitale depuis la reconquête byzantine du milieu du Xe siècle, en dépit de son emplacement au centre des terres, ce qui représente une singularité à l’aune de l’insularité méditerranéenne, où les capitales occupent presque toujours un site portuaire (Héraklion, Rhodes, Palerme, etc.). Pourtant, jusqu’au VIIIe siècle, le siège de la capitale chypriote se trouvait à Constantia, à une dizaine de kilomètres au Nord de l’actuelle Famagouste.

À Chypre, les principales villes sont distribuées sur le littoral, par lequel transitent les échanges avec le monde extérieur : sur la côte septentrionale, Cérines/Kéryneia est tournée vers l’Asie mineure, alors que Paphos et Limassol, sur la façade méridionale, ouvrent aux traversées en direction des ports de Syrie-Palestine et d’Égypte. Ces deux derniers ports renforcent leur attraction durant la seconde moitié du XIIe siècle, en accueillant de petites colonies vénitiennes. Sans exagérer l’importance numérique de celle installée à Limassol ‒ moins d’une centaine de personnes ‒, les Vénitiens intègrent la société insulaire par leurs activités et leurs mariages. Or Famagouste ne figure pas parmi les lieux fréquentés par les Vénitiens ; cette observation, associée à la carence d’informations sur la ville au XIIe siècle, convainc que Famagouste demeure un site au statut incertain, sans peuplement notable ni fonctions économiques ou religieuses déterminantes.

Famagouste surgit donc en écho à la conquête franque de 1191, se trouvant soudainement élevée au rang d’évêché, en application des clauses de la bulle de Célestin III fondant l’Église latine de Chypre, en 1196. La décision papale ne justifie pas ce choix, qui accorde au siège une juridiction sur la partie orientale de l’île, couvrant une large région, du cap Saint-André du Carpasse au cap Gréco. On peut interpréter cette promotion comme l’expression d’une politique orchestrée par le souverain, Aimery de Lusignan, attentif à développer un site littoral orienté vers la côte syro-palestinienne, avec laquelle le nouveau royaume de Chypre tisse des liens étroits. Le bassin de Famagouste offre en effet une protection supérieure à celle des autres ports ; dès la guerre des Lombards (1228-1231), il acquiert un rôle stratégique croissant dans les trafics, puisque l’empereur Frédéric II et le roi Henri Ier y embarquent pour la Syrie.

L’élévation au rang de diocèse marque l’ascension de Famagouste au statut de métropole régionale, surtout face à sa principale concurrente, Limassol. Au débouché de la fertile plaine de la Messaorée, Famagouste s’offre à la redistribution d’excédents agricoles tirés de campagnes relativement bien irriguées, puisque le Gialias et le Pédiaios traversent l’arrière-pays ; grâce aux bénéfices tirés des échanges commerciaux, après 1300, les campagnes profitent d’investissements dans des infrastructures d’irrigation qui permettent le développement des cultures céréalières et des champs de coton. Assise sur la Messaorée et le Carpasse, Famagouste ne peut pour autant rivaliser avec Nicosie, où siègent la cour, le pouvoir politique et les administrations royales, où l’aristocratie franque réside et où elle accumule les richesses.

L’accession de Famagouste à des fonctions urbaines plus amples intervient durant la phase où la conjoncture militaire et diplomatique se renverse en Orient latin. Dans une étude fondamentale, parue en 1984, David Jacoby avait observé combien le reflux des populations chrétiennes, latines ou orientales, chassées de Syrie-Palestine par les conquêtes mamelûkes, transforme le peuplement de Famagouste après 1265 ; si la documentation ne permet pas de suivre les progrès des vagues migratoires, plusieurs indices montrent que le port commence à être fréquenté par des navires occidentaux de manière régulière. Petit à petit, Famagouste prend son essor, même si, à la veille du séisme provoqué par la chute de Saint-Jean d’Acre, le 29 mai 1291, le port tient toujours le rang d’escale mineure dans les réseaux d’échanges entre Orient et Occident.

L’été 1291 marque donc l’émergence de Famagouste dans le contexte plus large de l’histoire urbaine méditerranéenne médiévale. La conjoncture favorable résulte, d’abord, de l’interdiction pontificale faite aux marchands chrétiens de fréquenter les ports mamelûks pendant dix ans, fulminée par Nicolas IV. Jean Richard avait souligné que cet embargo transforme Chypre en carrefour des échanges régionaux, quand les entrepôts insulaires sont approvisionnés par les chrétiens orientaux, qui, indemnes de la menace d’excommunication, assurent les liaisons de cabotage entre l’île et le littoral du Levant ; ainsi, Syriens, jacobites ou melkites, nestoriens ou coptes fournissent les marchands italiens, catalans ou français, en articles et produits ensuite convoyés vers les principales places de négoce méditerranéennes pour être revendus sur les marchés occidentaux. La conjoncture militaire et diplomatique créé l’emporium de Famagouste, appelé à perdurer tant que l’interdit pontifical est renouvelé, tant qu’une police des mers s’attache à le faire respecter.

Famagouste accède encore au rang de seconde ville du royaume de Chypre par la volonté politique d’Henri II, qui implante à Famagouste des fonctions régaliennes auparavant réservées à Tyr, lieu de couronnement des rois de Jérusalem après la prise de Jérusalem par les Ayyoubides, en octobre 1187. Comme les couronnes de Chypre et de Jérusalem sont associées depuis 1268, les Lusignan procèdent à deux couronnements successifs, comme le montre l’exemple d’Henri II, qui ceint la couronne de Chypre à Sainte-Sophie de Nicosie, le 24 juin 1285, puis celle de Jérusalem à Tyr, le 15 août 1286. Avec l’éviction des Francs de Syrie-Palestine, Tyr et Acre chutant à quelques mois d’intervalle en 1291, Henri II et/ou Hugues IV transfèrent le lieu du couronnement du roi de Jérusalem « in partibus » à Famagouste. Au-delà de cette dimension symbolique, retrouvée sur le sceau du comerc frappé des armes de Jérusalem, les Lusignan adjoignent une mesure économique essentielle pour stimuler l’essor de l’emporium, en octroyant aux marchands levantins, chrétiens orientaux, une franchise douanière sur les marchandises transportées à Famagouste, répétant une politique d’incitation fiscale auparavant déployée à Saint-Jean d’Acre et dans d’autres ports de l’Orient latin.

La conjonction de l’embargo pontifical et de l’établissement de fonctions régaliennes d’origines hiérosolymitaines propulse Famagouste vers un destin unique, la transformant en une cité où se cristallisent aussitôt de multiples initiatives urbanistiques. En l’attente de fouilles archéologiques appelées à préciser les phases de construction postérieures à 1291, la ville obtient une forma urbis dessinée par une enceinte de murs, protégée d’un profond fossé, forte de 16 tours et d’un château qui défendent un port aménagé pour recevoir une dizaine de galères, et auquel s’agrège un arsenal. Aux structures militaires s’ajoutent les bâtiments des institutions, le palais royal et la cathédrale Saint-Nicolas, où interviennent les couronnements des Lusignan, rois de Jérusalem ; les constructions officielles se trouvent distribuées autour d’une place centrale appelée à devenir le cœur de la ville, où se déroulent les marchés quotidiens, alors que les entrepôts se répartissent davantage vers la porte de Mer.

D’autres bâtiments, religieux et civils, essaiment dans le périmètre circonscrit par les murs ; une véritable fièvre de constructions s’empare des Francs et provoque la création d’un paysage urbain exceptionnel. Pendant cinq à six décennies, les chantiers se succèdent, en réponse aux initiatives prises par de multiples acteurs et commanditaires : les Lusignan, la hiérarchie ecclésiastique, les nobles, les nations marchandes occidentales et surtout les commerçants enrichis par l’afflux des produits dans les entrepôts de la ville. Famagouste bénéficie d’une conjoncture exceptionnelle durant le premier tiers du XIVe siècle : sa fonction d’emporium redistribuant les marchandises d’Orient et d’Occident la transforme en cité opulente de richesses, qu’aiment à décrire le chroniqueur Léontios Machairas et nombre de voyageurs ébahis par l’étalage du luxe.

L’embargo commercial qui frappe les ports mamelûks et conditionne l’essor économique de Famagouste s’effrite à partir des années 1330, selon les observations de Peter W. Edbury, quand les marchands italiens et catalans achètent des licences auprès de la Curie romaine pour se rendre en Égypte et en Syrie ; ils précipitent une inflexion de l’attitude pontificale qui aboutit à un assouplissement définitif de l’interdiction de se rendre en Syrie-Palestine et en Égypte, à partir de 1344. Dès lors, le destin de Famagouste bascule, et le port perd progressivement sa place prééminente de carrefour des échanges en Méditerranée orientale ; le rétablissement de liaisons directes entre, d’une part, les ports italiens, Barcelone, Marseille, Montpellier et, d’autre part, Alexandrie, Tripoli, Beyrouth, L’Ayas, annonce un déplacement des trafics, qui marginalisent l’importance de Famagouste dans les nouveaux itinéraires maritimes empruntés par la navigation hauturière. Le grand port conserve néanmoins les bénéfices de l’exportation des productions insulaires, stimulées par les investissements réalisés durant les décennies fastes en Messarée et dans le Carpasse, où abondent coton, céréales et productions dérivées de l’élevage.

Le renversement de conjoncture ne conduit pas à un renversement brutal de l’essor urbanistique ; ainsi, la grande cathédrale orthodoxe Saint-Georges des Grecs, si imposante par ses dimensions, émerge précisément durant les années 1360, celles où la décadence commerciale du port s’affirme. La capture du port par les Génois, à l’occasion de la guerre qu’ils remportent sur les Chypriotes en 1373/1374, sonne davantage comme la fin d’une époque de prospérité, engageant la ville et ses habitants dans une période de crises incessantes. Logiquement, l’effervescence immobilière s’estompe, plongeant les bâtiments gothiques du premier XIVe siècle dans une phase de dégradation, qui reflète le déclin démographique et économique de la cité.

Après 1374, Famagouste devient l’ombre d’elle-même : jamais elle ne récupère sa splendeur passée. Par ses incessantes luttes de pouvoir intestines qui influent sur le budget de la colonie, le gouvernement génois amplifie la récession dans une ville dont la détention sert de prétexte à une politique de prédation fiscale sans retenue à l’encontre des Lusignan. Les tentatives des rois de Chypre pour reprendre Famagouste échouent jusqu’en 1464, quand Jacques II l’enlève après un long siège. Le retour de Famagouste dans le royaume profite peu aux citadins, car dix ans plus tard, Venise s’empare du port et des murs, conquête préalable à l’établissement de sa domination sur l’île entière, jusqu’au retentissant siège mené par les Ottomans, qui clôt une page décisive dans la mémoire d’une ville restée fidèle à l’étendard de Saint-Marc jusqu’à la dernière extrémité.

Les principales phases du passé médiéval famagostain, depuis longtemps identifiées, confèrent à la cité une place unique dans l’histoire du royaume de Chypre, liée à cette trajectoire flamboyante qui dure moins d’un siècle, entre 1291 et 1373. À la différence de Nicosie, puissante capitale sans rivale politique sur le long terme, ou de Limassol, port non aménagé et dépourvu de fonction régalienne particulière, Famagouste offre l’image d’une ville où l’embrasement urbanistique reste circonscrit à quelques décennies, même si la ville renoue avec des chantiers importants durant l’époque de la domination vénitienne. Cependant, la Renaissance ne transforme pas la ville médiévale, tout au plus embellit-elle certains lieux névralgiques de monuments et de décorations glorifiant la Sérénissime. Famagouste émerge d’un rêve façonné à la mode gothique, réinterprété par de subtils esprits pétris d’antiquités, de balistique ou de poliorcétique. Ce foisonnement de références a, fort logiquement, suscité une multiplicité d’enquêtes et de considérations romantiques, impressionnistes ; très vite, Famagouste a captivé ses visiteurs, pour le meilleur et pour le pire, car sa cohérence urbanistique et monumentale ne trouve aucun équivalent dans les villes de l’Orient latin, qu’il s’agisse de Saint-Jean d’Acre, de Tyr ou de Tripoli.

L’élaboration d’une histoire collective de Famagouste relève de l’initiative de Chris Schabel, qui a provoqué la tenue d’un atelier de discussions dans les murs de l’Unité de recherches archéologiques du Département d’histoire et d’archéologie de l’Université de Chypre, en octobre 2008. Réunissant quelques-uns des principaux spécialistes de l’histoire chypriote médiévale, cet atelier a suscité la publication d’un premier volume, consacré à l’art et à l’architecture des différents monuments de la ville, coordonné par Annemarie Weyl Carr (Famagusta Vol. I, Art and Architecture, Brepols, Mediterranean Nexus 2, 2014). Il se trouve à présent complété d’un second volume (Famagusta Vol. II, History and Society, Brepols, Mediterranean Nexus, 8, 2021), qui propose une lecture articulée de l’histoire de la ville et de ses habitants, entre 1191 et 1571. Dans plusieurs chapitres, les auteurs ont délibérément choisi d’insister sur le détail des informations possédées, de manière à rendre vie à des personnages souvent délaissés par une historiographie ignorant les plus humbles.

Quatorze chapitres regroupés en six sections se succèdent afin de rendre lisible un passé que les sources n’éclairent pas de manière uniforme : aux deux premières parties consacrées à l’histoire politique et institutionnelle de la période franque, puis de la période génoise, s’adjoint un troisième ensemble qui, dans le même cadre chronologique, traite de thèmes diachroniques relatifs au peuplement et à l’histoire ecclésiastique. Une quatrième section, dévolue à la domination vénitienne, précède un ensemble thématique, à nouveau diachronique, abordant l’espace urbain et la place des femmes dans la société famagostaine. Enfin, l’ouvrage s’achève par une évocation de la ville gothique, dont les vestiges entretiennent une mémoire nostalgique, presque mythique pour les voyageurs anglais et français des XVIIIe et XIXe siècles.

Au moment où Famagouste redevient un enjeu territorial et politique dans les relations entre pays riverains de la Méditerranée orientale, relire le passé de cette ville éclaire la place géostratégique que le port a tenu aux époques médiévale et moderne.

Gilles Grivaud (Université de Rouen-Normandie)



Citer ce billet
eastmed (2021, 18 mai). Famagusta, vol. II : History and Society. Eastern Mediterranean Connection. Consulté le 23 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/nzf9

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search