« Les inscriptions amphoriques protobyzantines (IVe-VIIe s.) : une source écrite méconnue », Le 2 juillet 2021 à l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres

Communication de M. Jean-Luc Fournet, professeur au Collège de France, sous le patronage de Mme Cécile MORRISSON et M. Jean-Pierre SODINI : « Les inscriptions amphoriques protobyzantines (IVe-VIIe s.) : une source écrite méconnue » AIBL

Parmi les documentations écrites livrées par l’archéologie, il en est une qui a souffert d’une longue indifférence : les notations apposées sur les amphores, communément appelées tituli picti ou dipinti. Contrairement aux tituli picti latins du Haut-Empire étudiés dès le XIXe siècle, ceux, écrits en grec, sur les amphores protobyzantines de la Méditerranée orientale, notamment des Late Roman Amphora 1 fabriquées principalement en Cilicie et à Chypre, étaient restés jusqu’à récemment indéchiffrés. Écrits dans des cursives stylisées au point d’en être illisibles et selon un système qui restait à être décodé, ils n’ont pas attiré l’attention des céramologues qui n’étaient pas armés pour les déchiffrer, ni celle des épigraphistes ou papyrologues, qui étaient rebutés par les difficultés de lecture qu’elles posent et par leur caractère a priori rébarbatif. L’étude du matériel issu de diverses fouilles égyptiennes (Kellia, Alexandrie, Antinoopolis, Saqqara, etc.) ou grecques (Thessalonique) m’a permis de faire avancer la question en proposant un premier déchiffrement de ces inscriptions et une interprétation globale de ces dipinti.

Si des progrès restent encore à faire, cette documentation se révèle d’ores et déjà d’un insigne intérêt non seulement pour l’histoire du commerce, mais aussi dans une multitude de domaines : la toponymie, avec les noms de lieux de production livrés par certaines de ces notations ; la lexicographie, pour autant que ces dipinti livrent des mots techniques jusqu’ici inconnus ou mal connus ; et la paléographie puisque ces notations comptent parmi les seuls témoignages de l’écriture cursive, non épigraphique, pour nombre de régions de l’Orient protobyzantin.

Jean-Pierre Sodini, Membre de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, byzantiniste (archéologie paléochrétienne et byzantine, archéologie rurale et paléogéographie, archéologie funéraire, méthodes et techniques de l’archéologie, archéologie des matériaux (marbre), céramologie, histoire économique de l’Antiquité tardive et du monde protobyzantin, histoire de l’art byzantin). Voir sa dernière publication ici.

Cécile Morrisson. Membre du Conseil scientifique de l’Ecole française d’Αthènes, de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, byzantiniste et numismate (Histoire et civilisation de l’Empire byzantin, histoire monétaire, financière et économique du monde byzantin, histoire des Croisades).


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search