Centre d’Études Chypriotes (CEC)

Le Centre d’Études Chypriotes (désormais cité CEC) a été fondé en avril 1983, sous la forme d’une association « loi de 1901 », sous le patronage de l’U.E.R. de Lettres de l’Université de Paris X-Nanterre, où le CEC a été domicilié. Comme l’a rappelé Olivier Masson en 1984 dans l’avant-propos du premier Cahier, le projet avait pris naissance lors du colloque « La vie quotidienne à Chypre, de l’Antiquité à nos jours », qui avait eu lieu au Musée de l’Homme de Paris en novembre 1982 : il s’agissait, dans la suite de cette réunion scientifique, d’étudier et de faire connaître l’histoire et la civilisation chypriotes, des origines à l’époque contemporaine, au sein d’une institution permanente.Olivier Masson

Olivier Masson, spécialiste internationalement reconnu de l’épigraphie et de l’histoire de l’archéologie chypriotes – alors professeur de grec au département de grec de l’Université de Paris X Nanterre (devenue Université Paris Nanterre) et Directeur d’étude de philologie grecque à l’EPHE (IVe section) – a été le premier président du CEC, principalement entouré d’Antoine Hermary (chercheur au CNRS, directeur adjoint des fouilles de l’École française d’Athènes à Amathonte, vice-président), d’Hélène Cassimatis (chercheuse au CNRS, spécialiste d’histoire de l’art grec, trésorière), Anna Olvia Jacovidès (assistante à l’université de Nanterre, spécialiste de littérature grecque moderne, secrétaire) et Annie Caubet (Conservatrice en chef, directrice du Département des antiquités orientales du Louvre, où elle a généreusement mis un espace à la disposition du Centre). Dès l’origine, le CEC a été soutenu par le Département des antiquités de Chypre, alors dirigé par Vassos Karageorghis, et surtout par la Fondation A.G. Leventis dont l’aide financière est devenue essentielle pour le fonctionnement du Centre et, en particulier, la publication des Cahiers. La vie du CEC dans les années 1984-1996 a été évoquée plus en détail dans la préface du Cahier 27, 1997.

La nécessité de créer un « organe de liaison » pour faire connaître les activités du Centre s’est rapidement imposée. Ainsi ont été créés, au début de l’année 1984, les Cahiers du Centre d’Études Chypriotes (abréviation courante CCEC), en deux fascicules annuels, dont les textes et les illustrations ont été publiés en photocopies au cours des six premières années. Olivier Masson en était le responsable et un des principaux rédacteurs – y compris sous le pseudonyme de Léon Fivel. L’impression de la revue par des professionnels à partir de 1990, avec des planches photographiques de qualité (dues à l’Antenne Graphique de l’École Normale Supérieure), et la diffusion des Cahiers par les éditions De Boccard à partir de 1991 ont constitué une étape importante pour le rayonnement du CEC. Le décès d’Olivier Masson en 1997 a entraîné d’autres changements, à la fois dans l’équipe dirigeante de l’association (présidée par Michel Amandry de 1997 à 2002) et dans la conception des Cahiers, désormais publiés comme une revue annuelle d’un format légèrement plus petit, sous la direction d’Antoine Hermary (président du CEC de 2002 à 2018), assisté de Marguerite Yon à partir de 1999. Une autre conséquence de la disparition d’Olivier Masson a été le transfert du siège social du CEC au Louvre, sous l’autorité d’Annie Caubet. Mais dès 2002, l’implication d’Anne-Marie Guimier-Sorbets, professeure d’archéologie grecque à l’université de Nanterre, dans les activités du Centre (dont elle est devenue la secrétaire) a entraîné son retour dans son cadre d’origine.

Parallèlement à l’aide qu’il a apportée à de jeunes chercheurs et, grâce au généreux soutien financier d’Anastassia Serghidou, à sa contribution à la numérisation des archives des fouilles françaises de Salamine, le CEC a concentré ses activités sur la publication des Cahiers ainsi que sur la participation à l’organisation de plusieurs rencontres scientifiques internationales. Les modestes fascicules primitifs se sont transformés, à partir de 2002, en volumes de plusieurs centaines de pages dans lesquels ont été publiés toute une série de dossiers thématiques et les colloques internationaux régulièrement organisés par le Centre – ou parfois d’autres collègues –, grâce au soutien financier de différentes institutions et, avant tout, de la Fondation A.G. Leventis qui, chaque année, a pris en charge les frais d’impression de la revue.

Retrouvez le Centre d’Études Chypriotes sur son site http://centredetudeschypriotes.fr.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search